« Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens » : une étude des espaces, pouvoirs et affects dans Le jeu de la musique de Stéfanie Clermont

Authors

  • Charlotte Comtois Université de Sherbrooke

Abstract

Le présent article se penche sur les manifestations socio-spatiales des dispositifs capitalistes et patriarcaux dans le recueil de nouvelles Le jeu de la musique de Stéfanie Clermont (2017) ainsi que sur les échappées du régime patriarcal représentées. L’auteure mobilise corollairement les notions de dispositif (Agamben) et de dispositif spatial (Lussault), de même que celles d’hétérotopie (Foucault; Beneventi et Calderón) et de chora sémiotique (Kristeva) pour mieux qualifier les espaces marginaux se développant à l’écart des injonctions patriarcales et capitalistes. Il apparaît que dans des lieux marqués par des signes reliés à la féminité, à l’enfance et à la nature, autant de symboles s’opposant aux normes hétéropatriarcales et de production capitaliste, les personnages féminins parviennent à se délester de la détresse qu’elles vivent dans les spatialités normatives.

Published

2021-04-27